Psychomotricité de l’enfant : observer et intervenir

Lorsque nous parlons de la psychomotricité de l’enfant, nous pensons à la capacité de se déplacer de manière correcte et appropriée pour l’environnement. Cependant, sa signification va bien au-delà de cela. La psychomotricité est pour l’enfant une fenêtre sur le monde, dans toutes ses fonctions symboliques, tant comportementales que cognitives. Une bonne capacité psychomotrice est généralement le prélude à une acquisition correcte du langage et à son bon usage dans la communication et l’interaction avec les autres. Le concept de psychomotricité se rapporte donc aux interactions cognitives, émotionnelles, symboliques et sensorielles qui opèrent chez les enfants au cours de leur développement cognitif, moteur et émotionnel. Dans les interventions visant à améliorer les capacités psychomotrices de l’enfant, nous travaillons sur certains aspects.

A. Stimuler la psychomotricité chez les enfants

Dans le domaine de l’éducation, la psychomotricité, c’est-à-dire l’expérience corporelle vis-à-vis des adultes et des pairs, des objets et de l’espace, est essentielle au bon développement de l’enfant. Les activités utilisées pour développer ce type de compétences doivent toujours être attrayantes, variées, stimulantes, agréables et amusantes. Voici, les principaux éléments pour obtenir une bonne stimulation psychomotrice.

1. Espace, outils et rôle de l’adulte

Les outils ou les matériaux utilisés doivent être variés et adaptés à l’âge de l’enfant. Tant l’éducateur que l’espace utilisé doivent accompagner l’enfant dans le jeu et le mouvement. Les aspects à prendre en compte sont donc les suivants.

2. Aperçu des sessions

Pour que l’enfant puisse profiter au maximum de l’heure de psychomotricité, il est important que le programme soit préparé avant de commencer. Le type d’activité à proposer au groupe doit être planifié avec précision. En même temps, il est bon de laisser l’enfant libre d’improviser à certains moments. Ces espaces libres ne doivent cependant pas enfreindre la règle de base, l’éducateur est le chef d’orchestre qui dirige tout le temps.

3. L’importance du jeu dans la psychomotricité de l’enfant

Le jeu est l’une des activités les plus utiles dans la vie quotidienne d’un enfant. En fait, il l’aide à développer de nombreuses dimensions : explorer l’espace qui l’entoure, apprendre l’existence des règles, créer, expérimenter, se mettre en relation avec ses pairs, etc. Chaque jeu a un objectif différent, mais tous visent quand même un but. Pour cette raison, le jeu est l’un des principaux outils de la psychomotricité infantile.

B. Le développement de la psychomotricité de l’enfant de 0 à 3 ans

Dans les premières années de sa vie, l’enfant développe ses capacités psychomotrices. Cela améliore, entre autres, l’autonomie personnelle et la capacité à établir des relations avec les autres. Il faut suivre l’évolution des compétences au cours des trois premières années de la vie. En observant les progrès de l’enfant, il sera plus facile de comprendre si le développement se déroule de manière harmonieuse. On sera également en mesure d’évaluer si une aide supplémentaire est nécessaire.

Psychomotricité de l’enfant de 0 à 9 mois

9 à 12 mois

Signaux d’alerte à 12 mois

12 à 24 mois

– Il peut déjà se tenir debout et marcher sans soutien.

– Il peut faire rouler la balle comme un adulte.

– Commencer à utiliser la cuillère, en l’attrapant fermement.

– Commencer à manger des aliments solides sans aucun problème.

– Manipuler librement les jeux de construction.

– Il reconnaît les parties du corps.

– Il est capable de reconnaître les personnes qui ne font pas partie de sa famille mais qui appartiennent à son environnement quotidien.

– Reconnaît les objets du quotidien : cuillère, nappe, jeux.

– Le jeu imite les mouvements de l’adulte.

– Il accepte l’absence des parents, bien qu’avec une certaine protestation initiale.

– Il répète des actions qui l’amusent ou attirent son attention.

– Explorer et faire preuve de curiosité pour des objets familiers.

– Il boit dans la tasse qu’il tient à deux mains.

– Il se penche pour ramasser les objets sur le sol.

– Il reconnaît les espaces fondamentaux de son environnement habituel : maison, parc, école, etc.

– Jouer avec d’autres enfants pendant de courtes périodes.

– Il prête les objets à d’autres enfants sur demande.

Signaux d’alerte à 2 ans

24 à 30 mois

Psychomotricité de l’enfant de 24 à 36 mois

Signaux d’alerte à 3 ans

Ces signaux ne sont que de simples indicateurs ; ils servent à nous activer et nous font envisager l’intervention éventuelle d’un spécialiste pour aider l’enfant à renforcer certaines compétences. Vous n’avez cependant pas à vous inquiéter outre mesure si vos enfants n’atteignent pas tous les objectifs indiqués pour chaque âge. Grâce à une intervention précoce, vous pouvez rattraper la plupart des retards dans le développement cognitif d’un enfant en bonne santé.

Qu’est-ce que l’orthodontie : Tout savoir sur l’Orthodontie !
Aliments à proscrire pour les appareils dentaires