Relation à distance avec les grands-parents

La crise sanitaire provoquée par le coronavirus a obligé les parents et les grands-parents du monde entier à donner des baisers virtuels à leurs petits-enfants à travers l’écran d’un téléphone ou d’un ordinateur. La relation à distance avec les grands-parents et nos proches peut sembler étrange, désaccordée et froide, mais c’est tout ce que nous avons. Ce sont les moyens technologiques auxquels nous devons nous accrocher pour assurer une proximité émotionnelle et affective avec les personnes que nous aimons et qui vivent loin de nous.

Les personnes âgées se sont avérées être le groupe de population le plus vulnérable dans la pandémie actuelle. Partout dans le monde, l’impact sur les RSA a ouvert un scénario triste et décourageant pour lequel personne n’était préparé. Malheureusement, le fait que nos parents et grands-parents soient les personnes les plus sensibles nous oblige, dans de nombreux cas, à limiter totalement les visites afin d’éviter la contagion et de préserver leur santé.

Nous avons soudain été confrontés à une situation dystopique, digne d’un film de science-fiction. Nous faisons les courses pour eux, les laissant devant la porte, obligée de les accueillir de loin. « Ça va bientôt s’arrêter », leur dit-on, « il faut être patient, mais tout ira bien », répondent-ils avec un grand sourire, mais avec de la tristesse dans les yeux.

Malgré tout, ils résistent. Les mères, les pères, les grands-mères et les grands-parents sont forts et toujours capables de nous transmettre cette force d’esprit et cet enthousiasme qui nous réconfortent tant. Ils sont devenus des experts en technologie, ils jonglent avec les appels vidéo et ont appris à raconter à leurs petits-enfants des histoires de loin. Les temps changent et parfois la vie réserve des surprises sans avertissement et sans anesthésie. Comment se passe la relation à distance avec les grands-parents ?

Relations à distance avec les grands-parents pendant la pandémie

Les enfants vivent avec leurs parents et beaucoup d’entre eux, surtout les plus jeunes, ne comprennent pas pourquoi ils ne peuvent pas rendre visite à leurs grands-parents. Les personnes âgées sont le plus souvent contraintes à l’isolement dans la solitude, sans le contact de leurs petits-enfants et le soutien quotidien de leurs enfants.

Cette situation n’est pas facile à comprendre, mais nous la faisons néanmoins descendre et nous nous convainquons qu’elle sera temporaire et que le plus important est d’en sortir indemne. Veillez à ce que personne dans notre famille ne tombe malade.

D’autre part, chacun vit une situation différente : il y a ceux qui vivent en compagnie, ceux qui font face à ces journées seules, ceux qui ont une famille et ceux qui n’en ont pas. Et puis il y a ceux qui vivent dans des maisons de retraite. Dans tous ces cas, nous devons essayer de maintenir une relation à distance avec nos grands-parents.

Nous pourrions avoir une voisine octogénaire qui nous dit toujours bonjour quand elle nous voit prendre l’ascenseur. À l’étage, il se peut que ce monsieur qui a des enfants vive dans une autre province. Ce n’est jamais trop de s’inquiéter pour ces personnes, de créer un réseau de soutien pour s’assurer qu’elles ne manquent de rien, ni les courses ni un appel pour demander comment ça se passe.

Lorsque nous avons un membre de la famille dans un RSA

L’une des circonstances les plus délicates de nombreuses familles à l’heure actuelle est l’inquiétude des membres de la famille qui vivent dans des maisons de retraite. Afin de protéger les personnes âgées, des mesures extrêmes ont été prises pour empêcher toute visite, rendant ces centres inaccessibles. Comment faire face à ces situations ? Comment maintenir la relation avec eux à distance ?

Relations à distance entre grands-parents et petits-enfants

En ces jours de pandémie, il n’y a pas de meilleur vaccin que l’affection entre les grands-parents et les petits-enfants, en maintenant le contact même à distance.

Les relations à distance doivent être entretenues au quotidien, en particulier celles-ci. Elles sont essentielles pour les grands-parents et saines pour les petits-enfants, une pratique que nous devons promouvoir chaque jour pour maintenir les émotions vivantes, rendre l’amour indestructible et faire disparaître les peurs.

En conclusion, ces jours sont difficiles pour tout le monde, mais nous devons faire un effort supplémentaire pour traiter de manière spéciale ceux qui sont les plus vulnérables à cette pandémie.

Nos grands-parents nous ont tout donné dans le passé et maintenant ils ont besoin de nous plus que jamais. Et aussi paradoxal que cela puisse paraître, la meilleure façon d’y parvenir est de garder des distances physiques tout en raccourcissant les distances émotionnelles. Gardons cela à l’esprit.

Comment tomber enceinte d’une fille ?
Comment organiser un baptême ?