Que faire si son bébé est constipé ?

Constipation chez le bébé

Chez l’enfant, la constipation n’est que provisoire et ne dure jamais longtemps. Elle est souvent due à une alimentation déséquilibrée. Dans des cas comme celui-ci où les selles du bébé sont trop dures, certains parents s’alarment pour pas grand-chose. Néanmoins, il arrive que le bébé ne retrouve pas un bon transit. Trop dure ou trop volumineuse, la défécation peut très vite devenir un vrai tourment. Pour éviter de telle angoisse, une bonne hydratation est toujours recommandée.  Remèdes naturels ou interventions médicales, des solutions simples à appliquer permettent de les soulager.

Les principales causes de constipations chez le bébé

Une constipation est qualifiée de « fonctionnelle » dans des conditions naturelles. Ainsi, elle est provisoire et ne s’étend que sur 2 à 3 jour. Les selles redeviennent par la suite normales et régulières. Des facteurs alimentaires de bases peuvent provoquer un réel calvaire intestinal. La plupart du temps, les parents se trompent parfois sur le dosage du biberon. Le rapport entre quantité d’eau et de poudre de lait utilisée n’est pas proportionnel. Dans d’autres cas plus ordinaires, c’est l’alimentation qui a subi un changement inopiné. Le bébé n’est pas encore en mesure de s’adapté à cette conversion. L’apport insuffisant en eau est l’une des premières causes de constipation. Déterminer quelle eau utiliser pour un bébé constipé réduit les chances de blocage. Durant la période estivale, les risques associés à l’hydratation sont d’autant plus préoccupants. Il en va de même lorsque l’apport en fibre n’est pas suffisant. Selon la norme, un nourrisson devrait au moins avoir une selle en une journée. Les parents commencent à s’inquiéter pendant les premiers mois d’allaitements vu que les bébés n’émettent que très peu de selles. Il faut savoir que chez les nouveau-nés allaités, c’est un phénomène tout à fait normal. Le transit est considérablement ralenti et les selles mettent du temps à traverser le côlon. A noter qu’un apport excessif en calcium, c’est-à-dire en produits laitiers, n’arrange pas la situation.   

Les facteurs psychologiques récurrents

Beaucoup moins connu par le grand public, dans de rares cas, des facteurs psychologiques entraînent un blocage dans le transit des bébés. Souvent, les parents imposent un apprentissage de propreté trop prématuré à leur progéniture. Cette insistante se solde par un refus catégorique chez l’enfant. En d’autres termes, il se rebelle et prend une attitude dissipée. Cette phase d’adolescence avant l’âge n’est pas insurmontable. Vous devez seulement laisser les choses se faire naturellement et sans contrainte. Quand le bébé est mal installé sur le pot, il n’arrive pas à relâcher leurs sphincters. Trop grand ou trop petit, dans les deux cas, il se retrouve en grande difficulté. En outre, il est nécessaire qu’il trouve une position confortable et propice à l’équilibre de ses membres inférieurs. Les contraintes scolaires peuvent également devenir source de conflits psychologiques pour l’enfant. Il subit les contraintes liées à l’emploi du temps chargé de la journée. Se rendre aux toilettes n’est plus aussi simple qu’auparavant et le manque d’intimité joue aussi un rôle prépondérant dans le rythme de défécation. Il est primordial de reconnaître quelle eau pour bébé constipé permet de remédier au problème. Le changement brusque de cadre de vie associé aux vacances scolaires n’est pas à prendre à la légère. Des troubles émotionnelles liés à une opération chirurgicale entraîne un blocage dans le transit intestinal. Il ne faut surtout pas négliger l’impact de ses facteurs psychiques chez l’enfant.

Les symptômes flagrants de la constipation chez le bébé

Tout d’abord, il est important de se rappeler que chaque bébé possède leur propre rythme de transit. De surcroît, il est inutile de comparer la fréquence de défécation d’un bébé à celui d’un autre. Ne pas avoir régulièrement de selles ne signifie pas forcément qu’il y a constipation. Il y a réellement lieu de s’inquiéter lorsque les selles sont trop dures à évacuer. Avant leurs 6 mois, les bébés ont très peu de chances de souffrir de constipation. Allaités aux laits maternels, les nutriments sont presque entièrement assimilés par leur organisme. A partir du moment où ils sont alimentés au biberon, l’évacuation de selles se fait tous les 4 jours tout au plus. Pour bébé, la teneur en eau représente plus de 79 % de sa corpulence. Par conséquent, s’hydrater est vitale pour faciliter le traitement. D’un point de vu biologique, la constipation s’explique par une contraction abusive des muscles de l’intestin. Ce mécanisme contribue au durcissement des excréments. Ils prennent alors la forme d’une boule compacte et extrêmement sèche. Les symptômes ne sont véritablement accrus qu’après la diversification de l’alimentation. En outre, les nourrissons deviennent facilement irritables et souffrent de mal de dos inquiétant. Une certaine sensation d’inconfort au niveau du bas du ventre se manifeste. La décente en enfer commence dès lors que les défécations sont douloureuses et des tâches de sang sont visibles dans le pot. Ceci est provoqué par des lésions internes au niveau du rectum. La production devient étrangement abondante et l’enfant se sent fréquemment ballonné. 

L’alimentation et l’hydratation à privilégier contre la constipation

Cette difficulté à évacuer les selles n’est pas difficile à contrer. En appliquant un mode d’alimentation plus saine, les selles du bébé reviendront à la normale très vite. Néanmoins, certaines règles doivent être suivies afin d’organiser le nouveau régime. Avant tout, il est nécessaire de comprendre que les aliments riches en fibres soutiennent la digestion. Pour cela, on privilégie plutôt des céréales complètes comme du riz, du pain ou des pâtes. Bien entendu, il ne faut pas omettre de mettre quelques légumes verts dans les préparations. Les enfants n’en raffolent pas forcément, mais vous pouvez facilement les incorporer dans les purées. Les épinards, les haricots verts et les poireaux possèdent des vertus insoupçonnées lors de la digestion. En guise de désert, on opte pour des fruits en compote à base de pruneaux et de rhubarbe. L’hydratation est le remède clé contre la constipation. On note qu’une eau pour bébé constipé faiblement minéralisée limite les risques de blocage des selles. L’eau minérale pour bébé constipé avec mont roucous contient davantage de magnésium et se trouve être très bénéfique pour le transit. Le chocolat est à bannir de l’alimentation tant que les symptômes persistent. 

Les traitements médicaux agissants sur la constipation

Lorsque les traitements naturels ne suffisent pas à combattre la constipation, il est alors temps de consulter un médecin et plus précisément un pédiatre. Ainsi les parents peuvent s’ôter d’un doute récurent par rapport à une affection. Arrivé dans le cabinet, le spécialiste préconisera des massages abdominaux. Cette technique consiste à replier les membres inférieurs sur le ventre avec un mouvement régulier pour décontracter les muscles. Ensuite, il pourrait éventuellement proposer le recours à un suppositoire léger à base de glycérine naturelle. Dans de nombreux cas, les parents pratiquent l’automédication et commettent des erreurs manifestes. Un bébé constipé quelle eau utiliser ? C’est la question que se pose bon nombre de parents. Les thermomètres rectaux augmentent les risques de lésions anales et d’infections. En cas d’urgence, l’homéopathie est utilisée en dernier recours. Des médicaments spécialisés sont prescrits à faibles doses et sont réputés pour leur grande efficacité. Toutefois, ces remèdes ne seront véritablement efficaces que s’ils sont soutenus par une hydratation saine. Durant la journée, si le bébé est coopérant, n’hésitez pas à lui donner quelques gorgées de jus de pruneaux.