Les mères et le soin de l’hygiène de leurs enfants.

La façon dont les mères s’occupaient de l’hygiène enfant a changé selon les différentes époques de l’histoire. L’utilisation de robinets et les premières baignoires ont des origines lointaines qui remontent à la période de l’Empire romain. Découvre l’évolution de l’hygiène des enfants.

Comment la façon dont les mères s’occupaient de l’hygiène de leurs enfants a changé avec le temps ?

Les mamans modernes, mais certainement aussi les papas, trembleraient à la seule idée de ne pas pouvoir garantir une hygiène enfant maximale à la maison. Dans le passé, seuls les plus chanceux, parce qu’ils étaient nés dans une famille riche, pouvaient s’offrir le luxe d’avoir de l’eau directement dans la maison grâce à des puits personnels que seuls les grands palais possédaient. Tous les autres ont dû se déplacer pour atteindre le puits du village qui n’est pas toujours à proximité de leur maison pour s’approvisionner en eau. Souvent, les gens des classes inférieures étaient obligés de se laver directement dans le ou les cours d’eau les plus proches. Il va sans dire que prendre une douche pendant les périodes les plus froides de l’année, dans l’eau glacée et à l’extérieur, provoquait de la fièvre et une bronchite à cause de laquelle on risquait de mourir. Comme la plongée en eau froide était souvent folle, elle était pratiquée plusieurs fois par an.

Où les enfants se baignaient-ils ?

Les enfants et les nourrissons étaient lavés dans un petit bassin avec de l’eau propre. La plupart des gens n’avaient pas les moyens d’acheter une baignoire, alors on utilisait un tonneau dont on coupait le couvercle. Le tonneau a cependant été utilisé peu de fois en raison de l’effort nécessaire pour le remplir avec de l’eau prélevée dans le puits.

À cette époque, il n’était pas possible d’avoir de l’eau chaude directement dans la maison, et encore moins des inventions telles que le sèche-cheveux. Les mères étaient obligées de laver leurs enfants rapidement, mais peut-être pas trop soigneusement non plus. Les cheveux, les rares fois où ils ont été lavés, ont dû être séchés ou grâce à l’exposition au soleil après les avoir soigneusement tamponnés avec un chiffon sec ou devant une cheminée allumée.

De nos jours, faire en sorte que les enfants se lavent les mains aujourd’hui est une pratique d’hygiène fondamentale. En se lavant les mains, les parents d’aujourd’hui apprennent à leurs enfants à le faire car ils sont très jeunes plusieurs fois par jour et pas seulement avant de manger quelque chose. Cela se fait notamment dans de beaux éviers de salle de bains, mais pour tous les enfants pauvres, dans le passé, même un simple geste comme se laver les mains ou le faire dans le puits ou ne pas le faire parce qu’il n’y avait pas d’eau courante dans les maisons.

En tout cas, ce n’était pas aussi fréquent que de se laver aujourd’hui. Bien sûr, il n’est pas difficile de penser que parmi les enfants pauvres, leur tête était souvent pleine de poux et d’autres parasites. À vrai dire, cela pouvait aussi arriver aux enfants qui vivaient dans des familles appartenant aux classes supérieures.

Auparavant, non seulement ils ne se lavaient pas souvent, mais ils utilisaient des savons sans pouvoir nettoyant suffisant. Il est très probable que le savon a été inventé (d’abord sous une forme molle) en Orient, puis apporté en Occident (en particulier en France) vers le 9ème siècle, étant inconnu des Romains.

Qu’en est-il des soins d’hygiène bucco-dentaire ?

L’attention portée aujourd’hui aux soins d’hygiène bucco-dentaire est démontrée par le fait que les enfants sont priés de se brosser les dents au moins deux ou trois fois par jour. Dans le passé, le brossage des dents était une pratique très peu courante chez les enfants. Pensez, par exemple, au fait qu’à l’âge de trente-cinq ans, les dents étaient déjà jaunies et pourries. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, du point de vue de l’hygiène bucco-dentaire, les pauvres ont un avantage sur les riches. Ces derniers mangeaient des aliments riches en sucre et en graisses, tandis que les enfants pauvres ne pouvaient manger que des légumes et suivaient un régime alimentaire médiocre.

Les enfants des agriculteurs ont commencé à mâcher des racines de réglisse dès leur plus jeune âge, ce qui garantissait en partie l’hygiène bucco-dentaire. Les premiers dentifrices, d’ailleurs, inventés après le milieu du XIXe siècle, étaient plus nocifs qu’utiles, car ils affectaient l’émail des dents puisqu’ils étaient composés de citron et de bicarbonate. Au XIIIe siècle, peu d’aristocrates avaient l’occasion d’utiliser des brosses à dents. Le toilettage des dents se faisait généralement à l’aide de bois vert noisette et en frottant les dents avec un chiffon de laine.

Il a fallu du temps jusqu’à aujourd’hui ! Il faut se sentir chanceux de pouvoir garantir aux enfants une hygiène personnelle parfaite sans aucune forme de fatigue. Aujourd’hui, donner une douche ou un bain aux petits devient pour les mères un moment de gâterie à consacrer à leurs enfants dans un confort maximal.